Skip to content

Essayer D Oublier Une Fille De 12

Initialement publié le 13 février 2015

Il y a peu, j’ai lu l’histoire de Claude et son secret sur Rue89, « cet amour immense » à qui il n’a jamais parlé, celui qu’il n’a pas oublié. Je l’ai lue et je l’ai comprise, probablement trop. Parce que oui, quand je lis ou entends ce genre de propos je me sens concernée (malheureusement).

J’ai un secret moi aussi, j’ai un « immense amour » moi aussi, et je n’ai que 26 ans. Vais-je l’oublier ? Vais-je l’aimer toute ma vie comme Claude a aimé son premier amour ?  Je ne l’espère pas mais j’en ai bien peur…

Comment l’oublier, lui qui était un nouvel ami parmi les autres ?

Tout a commencé en septembre 2010, alors que j’étais à la faculté. Je suis entrée en deuxième année dans un nouveau cursus. Il faisait partie de mon amphi, et il était nouveau lui aussi (de ce que j’ai entendu des commérages de mes nouvelles amies d’amphi).

Il s’appelait Alexis… et même après toutes années, écrire son prénom me provoque toujours un pincement au coeur. Il venait d’une autre région de France. Avec des filles et un garçon, nous avons rapidement formé un petit groupe d’amis. L’une d’elles vivait dans la même résidence qu’Alexis, et petit à petit elle l’a intégré dans notre groupe.

Il était en couple depuis trois ans, et sa copine était partie continuer ses études dans une autre ville. Il était optimiste concernant sa relation. Il était aussi charmant, drôle et avait un beau sourire. J’étais contente de le rencontrer ! Quelle belle bande d’amis je me faisais !

Avec le groupe, on mangeait ensemble tous les midis, on révisait ensemble le soir, on sortait ensemble le week-end.

Puis six semaines après la rentrée, Alexis a eu des ennuis : sa petite copine voulait rompre. Il le vivait mal, se refermait sur lui-même, ne parlait plus trop, s’isolait. Mais avec une autre fille du groupe, on ne l’entendait pas comme ça ; sensibles à sa tristesse, on a essayé d’être présentes malgré ses refus.

Finalement la rupture a pris un tournant définitif.

On a repris notre train-train habituel dans le groupe : RU le midi, révisions le soir, sorties le week-end. Mais quelque chose a changé, vis-à-vis de moi. Alexis faisait des allusions, était « coquin », m’écrivait plus de SMS… Je me disais qu’il était joueur : fraîchement célibataire il se lâchait un peu plus. En y repensant aujourd’hui, il était clairement entreprenant, mais l’ayant mis dans ma tête dans le tiroir « amis », je ne voyais rien.

Jusqu’au jour où un baiser volé s’est échappé et ses lèvres se sont posées sur les miennes. Il y a eu une grande minute de silence. Tout s’est éclairé d’un coup : je lui plaisais !

À lire aussi : Celui qui… est devenu une évidence

Comment l’oublier après cette relation exceptionnelle ?

Je lui ai rendu son baiser, et nous voilà partis pour une année d’amour passionnel comme je n’en ai jamais vécu. Nous allions en cours ensemble, nous vivions ensemble, nous voyagions ensemble. Les parents présentés au bout de deux mois, le premier « je t’aime » au bout d’un seul… Tout allait trop vite, tout était trop intense, tout était trop plein d’amour, peut-être.

On s’aimait comme des fous, on se le répétait constamment. Je me souviens de la fois où je suis rentrée de cours pour des cœurs découpés à la main collés partout dans mon appartement avec inscrit dessus « je t’aime sur ton canapé », « je t’aime dans ton frigo », « je t’aime dans ta salle de bain », etc.

Quelques disputes ont cependant commencé à s’installer au bout de quatre mois : les épreuves de sélection pour entrer dans une excellente école arrivaient trois mois plus tard et j’étais stressée, tandis que lui était plutôt détendu, sortant d’une filière intense et exigeante. Il voulait continuer cette idylle à fond, mais les épreuves arrivant j’ai dû mettre le holà pour me consacrer plus à l’étude de mes fiches, aux entraînements et aux cours particuliers supplémentaires que je m’imposais.

Au bout de deux mois il s’est lassé, a pris ses distances et m’a proposé une relation platonique pour moins souffrir. Il était très discret sur ce qu’il ressentait, ne montrait pas sa souffrance ; aveuglée par les épreuves que je préparais, je n’avais pas prêté suffisamment attention à ses difficultés.

Les épreuves ont fini par enfin arriver. J’ai loupé les pré-sélections, tandis que lui les a réussies et a été convoqué pour la phase qui se déroulait dans la capitale. Ne supportant pas les tensions qui restaient dans notre couple, il a rompu une première fois pendant sa préparation de l’oral mais cela n’a duré qu’une nuit ; le lendemain il m’a rappelée et a tout annulé.

Il a passé l’oral à Paris, et je l’y ai rejoint le lendemain pour un séjour enfin en amoureux, sans examens, sans cours, sans stress.

Nous sommes rentrés, et nous avons passé les mois de juin et juillet en amoureux dans notre petit appart, attendant avec impatience (pour ma part) le séjour qu’il me proposait dans sa maison familiale avec toute sa famille pendant deux semaines. Venant d’une famille assez pauvre, je n’avais jamais fait de voyage, et j’étais donc plus qu’enjouée à l’idée de ce séjour, dans cet endroit, avec celui que je considérais comme l’amour de ma vie. Il m’a dit qu’il n’avait jamais fait ça avant, qu’il fallait que ce soit vraiment quelqu’un à qui il tienne beaucoup pour l’emmener en vacances dans sa famille.

J’étais sur un nuage, je me sentais plus qu’aimée et j’étais plus qu’amoureuse : j’étais dingue de ce garçon, j’aurais pu mourir pour lui tellement il était tout pour moi.

Malheureusement j’ai découvert que dans sa famille il y avait des non-dits, des petites tensions, dont personne ne parlait mais qui étaient constamment palpables. On s’échappait souvent pour faire des petites balades, et il fuyait les moments passés en famille.

On a encore eu quelques petits accrochages, qui étaient je pense particulièrement blessants pour nous deux : on avait idéalisé ce séjour, et le fait de nous disputer nous minait. Il m’a tout de même offert un bijou au symbole fort à la fin du voyage.

Mais deux semaines après qu’on soit rentrés, il a rompu.

Comment l’oublier après tout ça ?

Il m’a dit qu’il avait besoin de s’isoler, d’être sans attaches. Que ce n’était pas moi, c’était lui. J’étais déchirée, je ne mangeais plus, ne me levais plus de mon lit, n’ouvrais plus les volets, et dormais… sans cesse.

Mais il n’a pas coupé le contact. Pendant l’année qui a suivi, on a continué à coucher ensemble alors que je savais qu’il couchait avec une autre en même temps… Mais je l’aimais. Il venait de temps en temps toquer à ma porte à une heure du matin, pour m’avoir dans ses bras pour la nuit ou dormir sur mon canapé. Son téléphone sonnait parfois durant des heures puis s’arrêtait — sûrement une dispute avec « l’autre ».

Cela a duré un an. Une année pendant laquelle je souffrais en silence. Par peur de le faire fuir, j’acceptais ses petites apparitions brèves et ses disparitions pendant plusieurs jours. Puis au bout d’un an, après avoir encaissé toute cette frustration, je l’ai appelé et lui ai demandé qu’on se remette ensemble. Il a refusé…

Pour continuer à (sur)vivre, j’ai décidé de partir à l’étranger pour finir mes études.

La veille, nous nous sommes vus une dernière fois, et nous avons passé la nuit ensemble. Le lendemain matin, sans émotion, avec juste de la courtoisie, il m’a dit au revoir. Une nouvelle relation bizarre s’est ensuite mise en place.

À lire aussi : Celui qui… ne voulait plus faire d’effort

Comment l’oublier quand on n’arrive pas à arrêter…

On s’est vus à chaque fois que je rentrais en France. Jusqu’à ce qu’il me propose de se remettre officiellement en couple en mai 2013, soit un an et demi après notre rupture.

J’étais sur un nuage ! Mais quelque chose avait quand même changé : il n’était plus l’amoureux passionnel que j’avais connu, il avait gardé ce côté courtois, poli. Il n’y avait plus d’émotions et de passion, de moments passés à dire « je t’aime » pendant des heures. Mais ce n’était pas grave, je l’aimais et il me re-voulait enfin à ses côtés ! J’étais heureuse !

L’été est arrivé, et je suis rentrée en France pour un mois et demi. Il partait malheureusement dans une autre région pour un stage d’un mois. Pendant ce temps-là j’ai vécu dans son appartement. Ça ressemblait à une fuite de sa part, mais je n’ai rien dit. On s’appelait tous les soirs mais j’étais frustrée : il ne me disait pas « tu me manques », ni « hâte de te revoir », etc.

Un soir d’août, je lui ai donc annoncé que je préférais rompre. Il l’a entendu, n’a rien dit. Puis il m’a rappelée en me disant qu’il allait changer.

Il est enfin rentré à la fin du mois, et on a passé deux semaines ensemble à se faire des câlins. Mais un jour, il est parti faire une course et a laissé son ordi grand ouvert sur sa page Facebook. Je n’ai pas pu m’empêcher de cliquer sur l’icône « Messages » en haut à droite.

Et là, des discussions avec plusieurs filles datant de son stage se sont affichées ! De la dragouille online ! Et bizarrement, je me suis dit : « J’en étais sûre ! ». Pile poil à ce moment, il a franchi le seuil de sa porte de chambre, s’est jeté sur son ordi et l’a fermé.

Je voulais rompre, c’était fini. Mon avion pour le pays où j’étudiais décollait cinq jours plus tard ; il m’a laissé son appart en attendant. Mais le lendemain soir il est revenu, et il m’a expliqué qu’il avait fait ça parce qu’il était amoureux de moi et voulait rester détaché. Je lui ai pardonné, et il a rompu quelques jours plus tard…

Nous étions en septembre 2013. Cela faisait déjà trois ans que l’on se connaissait et que je n’avais jamais cessé de l’aimer. Que je n’arrivais pas à l’oublier.

Et j’ai été incapable d’arrêter de le voir, et de ne pas m’engouffrer dans la moindre brèche depuis. On s’est revus par intermittences, on s’est donné des nouvelles… Et quelques mois plus tard, j’ai à nouveau craqué.

Nous nous sommes ensuite revus à chaque fois que je rentrais, mais cette fois il n’y avait plus de distances ! Nous étions un véritable couple, on passait tout notre temps ensemble chez lui, sous la couette, au ciné ou au resto. Il me tenait la main en public, et m’appelait tous les jours quand j’étais à l’étranger !

Nous nous comportions comme un couple, j’étais heureuse, j’avais l’impression de le retrouver : je sentais qu’il pensait à moi, qu’il tenait à moi.

Et puis il est parti un mois en Amérique du Nord. Il m’envoyait un email tous les cinq jours à peu près, très courtois, sans affection, sans émotions. Mais il avait régulièrement une petite pensée pour moi quand même, cela me suffisait pour être heureuse. Et puis il est rentré, et un soir je l’ai appelé du pays où je faisais mes études : un ami saoul avait essayé de m’embrasser… sans qu’Alexis ne semble y prêter attention.

Il a pourtant refusé de me voir à mes retours en France pendant sept mois, au bout desquels j’ai appris qu’il était en couple depuis son retour. Quand on s’est enfin revus, je lui ai jeté : « Je t’aime toujours ! ». Cela n’était apparemment pas réciproque.

À lire aussi : Celui qui… me paralysait

Et après ? Comment l’oublier ?

Depuis on se donne parfois des nouvelles d’une façon assez superficielle, nous avons échangé deux ou trois emails, des blagues, des phrases que seuls nous deux pouvons comprendre, parfois accompagnées d’une image, d’une vidéo dont nous savons qu’elles feront plaisir à l’autre, ou qui remémorent des souvenirs de notre histoire…

Je suis donc amoureuse depuis quatre ans et demi d’un garçon. Je n’ai jamais rien reconstruit avec personne d’autre, je n’ai eu que quelques passades. Depuis toutes ces années, je pense à lui le matin en me levant et le soir en me couchant. Certaines personnes n’ont jamais aimé, moi j’ai trop aimé… et j’aime trop encore aujourd’hui. Je suis prisonnière de cet amour et je n’arrive pas à m’en défaire.

Je le vois comme l’homme de ma vie, le père de mes enfants. Lorsque j’achète des vêtements, je me dis encore « Alexis aimerait me voir dedans », lorsque je vois des images qui me font rire j’ai envie de les partager avec lui.

Je revois encore son sourire, ses yeux verts, la petite tache de naissance sur son visage, ses cheveux dans lesquels je passais ma main durant des heures…

Pourquoi lui, pourquoi je ne me détache pas ? Pourquoi je n’arrive pas à l’oublier ? Je ne sais pas. Je côtoie d’autres hommes mais il est l’idéal auquel j’aspire. Je le cherche dans ceux que je rencontre. Je n’envisage pas vraiment de futur, je pense que depuis quatre ans et demi, j’espère inlassablement un signe de sa part, un renouveau, une déclaration… Malgré la distance, ses petites amies, j’espère, j’attends. C’est plus fort que moi.

Je ne suis pas une fille qui papillonne. Ça ne m’a jamais vraiment réussi ni rien apporté. Je fonctionne au coup de coeur, aux sentiments, à la passion. Je suis quelqu’un qui fonctionne beaucoup à l’instinct et au ressenti. Je ne suis pas heureuse célibataire et je le sais depuis toujours. Je crois au grand amour, aux belles histoires d’amour, parce que quand j’aime, je suis entière.

Je rêve d’une nouvelle relation forte et longue, mais quand je laisse mon esprit idéaliser cet homme à mes côtés, ce sont les traits d’Alexis qui apparaissent.

Je suis amoureuse d’un fantôme. Pour essayer de changer cela, je suis une thérapie avec une femme très compétente depuis deux ans et demi. Elle me permet de prendre du recul, m’extirpe la tête de l’eau le temps de quelques jours. Je me sens plus forte lorsque je ressors d’une séance, mais je sombre à nouveau quelques jours après en épiant Facebook, en attendant indéfiniment un email de sa part.

Ma psy pense que c’est un manipulateur qui a la phobie de l’engagement. Il fuit tout signe d’engagement sentimental mais a besoin d’avoir une fille qui l’aime autour de lui pour lui gonfler son ego. Elle pense que je ne suis pas la seule à être comme ça, qu’il manipule d’autres filles… Pour elle, il peut ainsi sembler proche d’une petite amie quand il sait qu’il n’y est pas attaché plus que ça, mais quand il tient beaucoup à la personne, il la fuira ou la maintiendra à distance car il fuit l’attachement, l’engagement émotionnel.

Je me voile pas la face, je sais comment je suis, et comment lui est. J’ai essayé de changer, de passer à autre chose, mais mes pensées se tournent toujours vers lui…

Personne n’est au courant de cette histoire à part ma psy. J’ai honte de l’engrenage dans lequel je suis depuis quelques années donc je le passe sous silence, je vis avec mon doux fardeau. Et je l’aime. Comment l’oublier ?

Lisez la suite :Comment j’ai oublié mon ex grâce à une nouvelle relation

*Les noms ont été modifiés.

Ah ! Les mecs...Celui qui...Etudes, jobs & métiersJ'ai testé pour vousTémoignagesUniversitéVis ta vie
AmourCoupleLa semaine de l'amourPsyRupture


« Il faut qu’on parle… ». Vous venez de recevoir son texto et vous savez déjà ce qu’il va vous arriver. Elle va vous quitter.

Dans un jour, vous serez officiellement célibataire. Dans une semaine, vous n’aurez déjà quasiment plus de nouvelles. Dans un mois, elle couchera avec le voisin et dans un an, elle sera obligée de se creuser les méninges pour se rappeler de votre prénom.

Comme nous avons tous déjà vécu l’enfer de ne pas pouvoir oublier une ex, voici aujourd’hui nos 10 conseils pour tourner la page et remonter la pente.

1/ Prenez la décision de ne jamais vous remettre avec

C’est bête à dire, mais la première chose à faire pour pouvoir passer à autre chose, c’est déjà de le décider.

Nous sommes convaincus que ce sont vos décisions qui construisent votre existence et votre bonheur. Bien plus que les circonstances de votre vie.

Donc, quelle que soit l’attitude de votre ex à votre égard, même si elle a l’air sympa, même si elle a l’air d‘hésiter, prenez la décision ferme et définitive de ne pas vous remettre avec elle. Quoi qu’il arrive.

En fait, dans la rupture, ce qui n’est pas facile, c’est de ne pas savoir sur quel pied danser.

Il y a des moments où vous allez vous dire que vous perdez votre temps, qu’elle ne mérite pas les efforts que vous faites et que vous voulez passer à autre chose.

Puis d’autres où vous allez vous dire que finalement ça en vaut la peine et que vous êtes prêt à faire tous les efforts pour la récupérer.

Ôtez-vous cette épine du pied. Prenez la décision une bonne fois pour toutes : elle et vous, c’est fini.

Ce qui va vous sauver, ce n’est pas de refuser son amitié ou de la bloquer de partout, mais bel et bien d’être solide mentalement.

De vous tenir à cette décision sans vous laisser balader par vos émotions.

2/ Regardez bien : votre ex est morte.

Peut-être pas physiquement !

Mais elle est morte telle que vous l’avez connue.

Quoi qu’il arrive, ce n’est plus la personne avec qui vous étiez en couple. Elle ne réagira plus avec vous comme elle en avait l’habitude. Comme vous en aviez l’habitude.

Vous n’allez pas la reconnaître. Vous allez vous demander si c’est bien elle.

Si ce n’était pas une doublure avec qui vous étiez en couple.

Bref, retenez bien ça : une fois que les choses sont cassées, elles sont cassées.

Et rien ne sera jamais plus pareil, quels que soient les efforts de séduction que vous allez pouvoir faire pour recoller les morceaux.

Puis après tout, elle vous a laissé tomber une fois. Est-ce que vous avez vraiment envie de faire confiance et de vous investir avec une personne qui vous a montré qu’elle pouvait vous claquer dans les doigts à tout moment ?

3/ Oubliez la dictature du « et si… ? »

Vous n’êtes pas scénariste pour une série US à succès.

Donc, évitez de vous demander ce qu’il aurait bien pu se passer.

« Et si je n’avais pas eu tant de travail et que nous avions pu prendre ce week-end ? », « Et si je n’avais pas dit ça ? », « Et si j’avais eu 5 kgs de moins et 500 euros de plus tous les mois ? »

Arrêtez avec ça ! Ce qui est fait est fait et vous ne pouvez plus rien y changer.

De toute façon, vous avez sans doute fait de votre mieux avec les ressources qui sont les vôtres.

Même si vous aimez encore votre ex, oubliez-la et regardez vers l’avant, pas dans le rétroviseur. Rester bloqué dans le passé, c’est très Gatsby le Magnifique mais pas très Artdeseduire…

4/ Soyez prêt : votre ex va continuer sa vie

Lors d’une rupture, il y a deux moments où vous allez en baver.

Celui de la rupture en elle-même bien sûr. Mais contrairement à ce que vous pensez, c’est peut-être le plus facile.

Car il y a aussi le jour où vous allez recevoir de plein fouet la 2ème vague : celui où vous allez apprendre qu’elle vous a remplacé par un autre.

Si vous avez décidé mentalement que c’était bel et bien fini entre vous, ce sera plus facile pour vous de l’encaisser.

Mais sachez que ça arrivera. Il n’y a aucune femme sur terre qui rentrera au couvent après vous avoir connu.

Et si vous sentez que c’est encore tôt pour vous et que le choc va être rude, je vous renvoie à la lecture de cet article qui détaille le plan d’urgence à adopter pour remonter la pente si votre ex voit quelqu’un d’autre !

5/ Ne vous laissez pas intoxiquer par les réseaux sociaux

Facebook, c’est le cadeau empoisonné de Mark Zuckerberg à l’humanité lorsqu’il s’agit d’oublier son ex.

À l’époque de nos parents, on quittait quelqu’un et on n’en entendait plus jamais parler. (et encore plus proche, jusqu’en 2006-2007 en France).

Aujourd’hui, si vous ne prenez pas les mesures qui s’imposent, vous risquez d’être inondé d’informations sur la nouvelle vie de débauche de votre ex et ça risque de vous faire mal.

Personnellement, je vous conseille de vous éloigner quelque temps des réseaux sociaux.

Rappelez vous que la vie de votre ex ne gagne pas à être connue et que vous allez sans doute vous faire plus de mal que de bien.

Même si vous mourez d’envie de savoir ce qu’elle fait et avec qui, essayez d’oublier votre ex !

Donc bloquez-la quelque temps ou supprimez carrément votre Facebook le temps de vous sentir capable de supporter ce que vous allez voir.

Si elle vous demande le pourquoi du comment, expliquez-lui simplement que pour le moment vous ne souhaitez pas en savoir plus sur ce qu’elle fait et que vous reviendrez éventuellement vers elle quand vous serez un peu moins à fleur de peau.

Cette décision ne fait pas de vous un mec needy, mais un homme expérimenté, qui sait que la rupture, ça fait mal et qu’il vaut mieux une vraie rupture qui fait bien mal qu’une rupture qui se traîne en longueur et qui ne cicatrise pas.

6/ Faites du sport

Il y a de nombreuses façons de reprendre sa vie en main pour oublier son ex.

Mais je pense vraiment que la première chose qui vous permettra de reprendre confiance, c’est le sport.

Cela va vous permettre de vous dépenser, d’extérioriser un petit peu votre souffrance, mais surtout d’obtenir des résultats positifs immédiatement.

Le problème du développement personnel d’un point de vue mental, c’est que c’est très utile, mais également très long.

Vous aurez beau faire tous les efforts nécessaires pour mettre en place des changements, vous n’allez pas voir votre vie évoluer en un claquement de doigts.

Avec le sport, vous pouvez savourer au quotidien vos progrès et vos petites fiertés.

Réussir à courir ces 5 kms. Soulever ces 40 kilos au développé couché. Faire vos séries de pompes.

Une petite dose de fierté immédiate. Comme pour vous dire que vous aurez au moins réussi quelque chose aujourd’hui.

Profitez-en aussi pour commencer à prendre soin de votre santé, de votre alimentation et de votre sommeil.

7/ Devenez un homme nouveau

Mais ne négligez pas non plus votre développement personnel à plus long terme.

C’est là que se trouve la clé : devenir la meilleure version de vous même.

C’est le moment de vous motiver à changer :

  • Travailler davantage pour mettre en place de nouveaux projets professionnels et gagner plus d’argent.
  • Trouver un nouveau look plus adapté au futur vous.
  • Apprendre de nouvelles choses : la cuisine, un instrument de musique, le poker, l’œnologie…Bref, explorez de nouveaux univers.
  • Vous cultiver et vous faire plaisir : lisez vos livres en retard, matez des séries, allez au ciné, jouez aux jeux vidéo, allez au musée… Après une discussion animée dans les commentaires sur cet article d’Aurélien, on en est arrivés à la conclusion que tout est culture et peut vous apporter du positif.
  • Vous fixer de nouveaux défis.

Bref, n’ayez pas peur de vous lancer et de faire des choses qui vous aident à vous sentir bien.

8/ Inscrivez-vous sur les sites de rencontres

Même si vous n’avez pas forcément envie de vous remettre en couple dans l’immédiat, c’est le moment de recommencer à séduire et de vous rendre compte que vous pouvez encore plaire.

Inscrivez-vous sur les sites de rencontres et commencez à flirter avec les filles qui vous plaisent.

Déjà, vous allez vous rendre compte que vous n’avez pas besoin de votre ex pour être heureux.

Et même si vous ne sautez pas le pas de la rencontre, vous allez voir que des filles sont prêtes à vous offrir autant d’attention si ce n’est bien plus que celle que vous receviez.

9/ Voyez davantage vos amis

Si vous vivez des moments difficiles et que vous n’avez pas envie de rester seul à ruminer dans votre coin, c’est le moment de vous appuyer sur vos amis et de sortir davantage pour oublier votre ex.

Appelez ceux sur qui vous savez que vous pouvez compter. C’est le moment de découvrir de nouveaux endroits, de tester ce restaurant ou d’aller voir à quoi ressemble ce bar.

Vous pourrez également vous confier à des oreilles attentives et bienveillantes.

Renouez également avec les personnes perdues de vue et profitez-en pour développer votre cercle social.

10/ Tombez amoureux d’une autre femme

C’est la dernière étape de votre rédemption.

Un jour, vous allez rencontrer quelqu’un d’autre et votre ex ne sera plus qu’un bon souvenir dans le paysage.

Quoi qu’elle ait pu vous faire, cela ne vous atteindra plus. Car vous serez passé à autre chose.

Nous vous renvoyons à la scène finale de 500 jours ensemble avec Tom qui finit par oublier Summer en rencontrant Autumn.

Si vous n’arrivez pas à oublier votre ex, c’est le film par excellence que vous devez voir.

Conclusion

Vous n’êtes plus avec votre ex, mais vous l’aimez encore et il est dur de l’oublier.

Pour tourner la page, commencez par accepter la réalité et bien vous rentrer dans la tête que c’est bel et bien terminé entre vous. Qu’il n’y aura pas de 2ème chance.

Elle va refaire sa vie avec quelqu’un d’autre. Mais vous aussi si vous ne restez pas bloqué et que vous vous donnez les moyens d’aller de l’avant.

Il suffit de le décider. De vous rappeler qu’elle était pleine de défauts. De vous rappeler que vous êtes « le prix » et que celle qui a perdu le plus gros dans l’affaire, c’est forcément elle.

Puis, prenez soin de vous avant de revenir plus fort et de pouvoir reconstruire une relation avec quelqu’un d’autre. Car c’est bien comme ça que les choses vont se passer.

Et vous, donnez-nous l’astuce qui vous a permis d’oublier votre dernière ex. J’espère de tout cœur que quelqu’un va répondre « la lobotomie comme dans Eternal Sunshine of the Spotless Mind. » ou l’épisode 3 de Black Mirror.

Sylvain, « Mon ex ? Quelle ex ? »